Résultat des élections communales à Rixensart : constats et commentaires

Les résultats sortis des urnes ce dimanche 14 octobre 2012 donnent ceci en voix, en pourcentages et en sièges : 

Listes Voix 2012 % 2012 Sièges 2012 Dif. % 2006 Dif. Sièges 2006
Ecolo 2362 17,79 % 5 + 0,77 +1
UC-PS 1943 14,64 % 3 + 0,17 -1
NAP-MR (ex NAP) 6271 47,24 % 15 +27,30 +9
Proximité 1593 12 % 3 +0,50 Id.
Libéraux (ex LB-MR) 1107 8,34 % 1 -18,05 -7

Autres chiffres :

  • Le nombre d’électeurs est en hausse  de 349 personnes (de 15445 en 2006 à 15794 en 2012)
  • La participation est en baisse : 87,67% (13847) en 2012 contre 90,89%  (14038) en 2006 ; l’effet Turtelboom ?
  • Les bulletins blancs ou nuls passent de 538 en 2006 à 571 en 2012, soit de 3,84% à 4,12%
  • Le nombre de votes valables est de 13276 en 2012 contre 13500 en 2006

Que penser de tout cela ?

Indéniablement, le pari de Jean Vanderbecken et de la NAP-MR est remporté d’une manière magistrale. Même si la volonté initiale de rassembler le centre droit sur une liste unique a échoué, électoralement c’est bingo sur toute la ligne : la NAP-MR devient de loin le 1er parti de la commune. Trois éléments parlent d’eux-mêmes:

  1. Les voix de préférence du maïeur sortant et reconduit sont plus que doublées
  2. La liste NAP-MR remporte la majorité absolue des sièges  au sein du conseil communal (15 sur 27)
  3. C’est plus technique mais très évocateur : le pot des voix récoltées par le vote en case de tête, qui bénéficie le plus souvent aux 2 premiers candidats d’une liste (c’est l’effet dévolutif de la case de tête), a dans ce cas aussi profité au 3ème de la liste

IMG.jpgLe deuxième parti à sortir renforcé de ces élections est Ecolo. En 2006, il était à quelques voix de remporter son 5ème siège, il l’a gagné cette fois-ci. C’est finalement logique en regard des pourcentages réalisés par ce groupe, 17,79%,  et du parti suivant, l’UC-PS, qui est à 14,64%. En 2006, ces pourcentages étaient respectivement de 17,02% et de 14,47%, chacune des formations disposant alors de 4 sièges au conseil. Dans la composition du collège sortant, un équilibre avait néanmoins été trouvé car Ecolo s’était vu attribuer 3 mandats (3 échevins) et l’UC-PS 2 mandats (1 échevin et la présidence du CPAS).

L’UC-PS est le 3ème parti de la commune. Avec la perte d’un siège, inutile d’ergoter, même si cela s’est joué à très peu de voix, qu’en pourcentages le groupe a même légèrement progressé et que j’ai un mal de chien à l’écrire, l’UC-PS est un des perdants de ces élections.

Proximité maintient ses 3 élus. Libéral en dispose d’un seul, c’est le groupe qui a le plus perdu (7 sièges si l’on considère la liste LB-MR comme point de référence).

Autre constat : le rapport de force gauche-droite n’a pas changé à Rixensart. En 2006, la gauche disposait de 8 sièges (4 UC-PS, 4 Ecolo) et la droite de 19 sièges (8 LB-MR, 6 NAP, 2 AC et 3 Proximité). En 2012, seule la ventilation des sièges a évolué : 5 Ecolo et 3 UC-PS à gauche ; 15 NAP-MR, 3 Proximité et 1 Libéral à droite.

Il n’est donc pas correct de dire qu’il y a eu une vague bleue qui a submergé Rixensart, c’était déjà le cas depuis bien longtemps d’une part et, d’autre part, la majorité absolue de la NAP-MR est teintée d’orange (2 élus de l’ancienne Alliance communale + 1 élue revendiquée cdH). Ce qui a changé par rapport aux scrutins précédents, c’est la concentration des voix sur une seule liste qui, par l’obtention de 15 sièges, rend un groupe incontournable, verrouillant par là même la diversité des combinaisons possibles pour construire une majorité.

En termes de lisibilité pour le citoyen, je pense que cela a au moins le mérite de la clarté même si lorsque l’arithmétique électorale permet d’envisager d’autres options, ces dernières ne sont pas moins démocratiques, quoi que l’on en pense. Au niveau local, la mandature 2006-2012 a même prouvé la capacité extrêmement démocratique de fonctionner d’une majorité (NAP, UC-PS, Ecolo) dont le groupe le plus important au conseil (LB-MR) ne faisait pas partie.

Une dernière observation avant de conclure : le système proportionnel permet d’obtenir une majorité absolue en sièges sans que cela soit le cas en voix. Rixensart en est un bon exemple : 47,24% des voix donnent 15 sièges sur 27. A ce sujet, c’est annoncé, la NAP-MR va ouvrir la majorité afin que cette dernière soit absolue, tant en termes de voix que de sièges… Inutile de vous dire que j’ai ma préférence quant au partenaire.

 

Les commentaires sont fermés.