•  

    pause

  • MOURIR A 50 ANS...

    Médiathèque de la Communauté française

  • POUR RIRE... et aussi un peu pour provoquer

    « Le centre, variété molle de la droite. »

    François Mitterand, Extrait de l’Abeille et l’architecte

  • ZEN, juste parce que c'est beau

    Paul foguenne-zen-02

  • INTROSPECTION

    Allez, une petite citation pour que chacun se replonge dans les bases essentielles de son engagement:

    "Les opinions auxquelles nous tenons le plus sont celles dont nous pourrions le plus malaisément rendre compte, et les raisons mêmes pour lesquelles nous les justifions sont rarement celles qui nous ont déterminés à les adopter."
    Source : Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience

  • ETONNANT, NON?

    De toute évidence, les propos de Didier Reynders ont été bien entendus par qui de droit.

    La N-VA prête à reporter la réforme de l'État à 2009

    Lundi 18 juin 2007 il y a 8 h.

    Le cartel CD&V/N-VA a rappelé ses exigences de réforme de l'État à l'informateur, mais il est prêt à la reporter de deux ans.

    La N-VA prête à reporter la réforme de l'État à 2009

    Le cartel CD&V/N-VA exige un accord sur les grandes lignes à propos d'une réforme de l'État. Mais il n'est pas opposé à l'idée de reporter sa mise en oeuvre à 2009, c'est ce qu'ont déclaré le président du CD&V Jo Vandeurzen et celui de la N-VA Bart De Wever après leur entretien avec l'informateur Didier Reynders.

    Un accord sur Bruxelles-Hal-Vilvorde sera néanmoins indispensable à l'entrée du cartel dans un gouvernement. "Cela n'a pas de sens de commencer si on n'a pas d'accord sur ce point", a dit M. Vandeurzen. M. De Wever estime que ce point "n'a rien à voir avec la réforme de l'Etat".

    Une majorité des 2/3 avec l'opposition

    Les deux présidents ont également indiqué qu'ils n'exigent pas que le gouvernement dispose d'une majorité des 2/3. "Depuis 1988, il n'y plus de réforme de l'Etat qui n'ait reçu l'appui d'au moins une partie de l'opposition", a souligné M. De Wever. Les présidents du cartel veulent toutefois des perspectives claires quant à la possibilité de réunir une majorité spéciale. Ils ont cependant refusé de préciser plus avant le type de garanties qu'ils voulaient avant de s'engager. "Je ne vais pas maintenant faire des déclarations trop musclées à ce sujet pour ne pas rendre la négociation encore plus difficile", a dit le président de la N-VA.

    En ce qui concerne la mise en oeuvre, tant Jo Vandeurzen que Bart DeWever ont dit qu'ils étaient ouverts à toutes les discussions sur les modalités d'application de la Réforme. "Je peux comprendre que cela pose un problème à M. Reynders de transférer des compétences supplémentaires au PS mais nous ne pouvons pour notre part ignorer le mandat de l'électeur. Ces deux positions sont conciliables", a commenté M. De Wever.

    Bart De Wever qui est arrivé avec plus d'une demi-heure de retard à son rendez-vous a expliqué après la rencontre qu'il était resté coincé pendant 2 heures dans les files entre Anvers et Bruxelles. Les problèmes de mobilité devront aussi faire l'objet de discussions pour la future majorité, a-t-il conclu. (AL)

    Photo Belga: Bart De Wever, Didier Reynders et Jo Vandeurzen (de gauche à droite)

  • GAËLLE

    gaëlleCher(e)s ami(e)s,

    Le verdict des élections de dimanche est sans appel...
    Ce moment difficile que va vivre le PS est l'occasion de rebondir, de se renouveler, de repartir sur des
    bases saines, pour préparer l'avenir.

    Accrochons-nous à nos valeurs d'égalité et de progrès social; elles sont justes!

    Dans le marasme général, néanmoins une raison de se réjouir: mon score personnel de 18.490 voix de
    préférence! Pour une première expérience, c'est un
    excellent résultat!

    Je tiens à vous remercier sincèrement pour tout ce que vous avez fait au cours de cette campagne! Votre soutien et votre disponibilité ont été précieux dans cette "bataille". Merci à toutes et à tous !!!

    Gaëlle

  • R.I.P.

    Que va faire Philippe Moureaux maintenant que son meilleur contradicteur a passé l'arme à gauche? Une chose est sûre, les débats entre politiques bruxellois ont perdu une pointure. Il devait chausser au moins du 45, non, Jacques SIMONET? Pétard, 43 ans c'est jeune pour tirer sa révérence!

  • C'EST AFFLIGEANT

    C'est affligeant! Alors que le MR, son président et son porte-parole prétendent à n'en plus finir qu'ils ont fait une campagne "pour les gens", "sans intérêt bassement particratique", "basée sur des valeurs et des projets", "sans stigmatisation", "qu'il faut entamer les réformes nécessaires pour redresser le pays rapidement" blablabla, qu'ai-je découvert ce matin en lisant Le Soir? Des propos hallucinants de cynisme énoncés par ces gentils libérateurs de la Wallonie captive de la maudite engeance rouge corrompue.

    Quelques déclarations de personnes qui ont la victoire mauvaise et revancharde:

    "Un libéral rapporte l'anecdote: "En conseil le matin, Didier a lâché qu'on peut faire durer les négociations jusqu'à Noël s'il faut barrer le PS, et Charles Michel a renchéri que non, s'il le fallait, on peut passer Noël et bien au-delà!" Plus loin: "Reynders a un argument de première main pour tenter de convaincre Yves Leterme de modérer ses ardeurs communautaires: transférer des moyens supplémentaires aux régions, c'est, explique-t-il, en donner aux socialistes, au pouvoir à Namur comme à Bruxelles... CQFD. Plus explicite: "Je n'ai pas fait campagne pour réduire le pouvoir du PS et me mettre maintenant à lui en redonner via de nouvelles régionalisations de compétences!"

    Comment qualifier ces propos? Comment décrire cette farouche et inébranlable volonté libérale de réformer le pays pour son bien et / ou de défendre les francophones, dans le plus pur intérêt de ces derniers bien sûr!, alors que cela ne revêt peut-être (finalement) qu'un intérêt bassement particratique pourtant dénoncé avec force par les gentils bleus dans le chef des méchants rouges? Je ne trouve toujours pas mes mots...

  • NOUVELLE MAJORITE

    Maintenant que votre choix est opéré, faites vos jeux.

     

    Distribution des sièges 2007
     La distribution des sièges peut changer jusqu'à ce que le dépouillement soit complet.  
    Chambre : Distribution des sièges
    Total: 150 membres
    = CD&V NVA
    = MR
    = PS
    = open vld
    = VLAAMS BELANG
    = VLAAMS BELANG
    = sp.a-spirit
    = CDH
    = ecolo
    = Autres
    Liste Sièges 2007Différence 2003
     CD&V NVA  30 +8  
     MR  23 -1  
     PS  20 -5  
     open vld  18 -7  
     VLAAMS BELANG  17 -1  
     VLAAMS BELANG  17 -1  
     sp.a-spirit  14 -9  
     CDH  10 +2  
     ecolo  8 +4  
     Lijst Dedecker  5 0  
     GROEN!  4 +4  
     FN  1 0  
    Distribution homme - femme20072003
        % Femmes36,51%34,67% 
        % Hommes63,49%65,33%

  • SI, SI, SI...

    "Si le PS est dans l'opposition durant la prochaine législature, mais attendons de voir les chiffres, ce ne sera peut-être pas une mauvaise chose pour le PS, mais cela le sera certainement pour les gens."

    Philippe Moureaux le dit, je le pense aussi. Allez, à demain, on en saura plus.

  • RESULTATS EN DIRECT

    3,2,1 cliquez sur le lien ci-dessous et découvrez en direct les résultats des élections fédérales 2007.

    résultats en direct

    Ou encore sur ces liens-ci (qui sont plus performants):

    logo le soir

    chambre

    sénat

  • GREG LE ROUGE

    Il y a Gregg le rouge, le binchou, et Greg le rouge, le rixensartois. C'est ce dernier dont il va être question. Oui, il y a tous les autres, mais c'est notre régional de l'étape et cela mérite des encouragements et un soutien particulier. Voici son dernier message de campagne.

    Grégory VERTE, 4ème candidat socialiste effectif à la Chambre sur la liste N°7 dans le Brabant wallon.

     

    Quels sont les projets que je souhaite porter au niveau fédéral ?

     

    verté

     

    La défense des plus faibles et des plus défavorisés est au cœur de mes préoccupations.

     

    La personne handicapée : prévoir des allocations familiales majorées pour tous les enfants handicapés, assouplir les conditions d'octroi d'avantages fiscaux pour les personnes handicapées, ainsi que les conditions de reconnaissance de leur handicap.

     

    Dans le domaine de la santé : améliorer la prévention, l'accès aux soins, la qualité des soins et la lutte contre la douleur notamment. Défendre notre système de sécurité sociale.

     

    La sécurité d'existence : créer 3000 emplois de gardien de la paix afin de renforcer le volet préventif. Il s’agit de réaliser un travail de proximité, d'écoute et d'accompagnement tout en ayant conscience des nécessaires moyens de surveillance. Prévenir et accompagner ne veut pas dire laisser tout faire.

     

    Le PS n'est pas le Parti du laxisme mais celui de l'écoute, du soutien, de la mise en place de réseaux de solidarités tout en reconnaissant la nécessité des sanctions constructives. Je souhaite par exemple envisager, parallèlement aux mesures d'enfermement, des dispositions qui permettent la réparation avec un programme pédagogique de réintégration.

     

    Enfin, je veux insister sur l’augmentation de la qualité de l'accueil des victimes et mettre en place des antennes locales de prévention et de traitement des violences intrafamiliales.

     

    Mes priorités : lutter contre la précarité,

    garantir une place pour tous

     

    Grégory Verté

    Je suis à votre disposition

    Rue de Rosières, 64

    1332 Rixensart (Genval)

    gregverte@yahoo.fr

    www.ps.be

  • "DERAPAGE EN CAMPAGNE" de D.Ci

    "La campagne a viré à l'affrontement pur et dur entre MR et PS. On peut le déplorer, s'en plaindre, ou bien s'en réjouir, estimer cela salutaire. Chacun jugera. En tout cas, cela n'a rien d'illégitime. Les rapports de force sont le lot de la politique, et le gros lot à la veille des élections. Qui s'en étonnera? L'interview de Michel Daerden mardi dans Le Soir était un condensé du genre. Une attaque en règle contre le MR et son président, dont chacun pensera ce qu'il voudra. Mais toute dans le registre politique. Exclusivement. La réplique de Didier Reynders hier matin sur les ondes de Bel-RTL (...) est, elle, parsemée d'allusions qui visent l'homme privé. Sous la ceinture. Un dérapage. Les "salopards" de Moureaux avaient déjà frappé fort, mais ici le leader du MR a franchi la ligne rouge. L'on ose croire qu'il a perdu son sang froid. Qu'il s'amendera." David Coppi, Le Soir du Mercredi 6 juin 2007

     

    Pour info, les mots doux de Reynders à propos de Daerden sont, par exemple, "Il n'est pas venu à deux débats à Liège l'après-midi, peut-être est-ce tard pour lui" ou encore, à propos du titre du Soir disant que "Daerden liquide le MR", "C'est le titre qui me plaît, il est juste: Daerden... liquide. Pour le reste, je n'ai pas encore rencontré ce candidat durant toute la campagne à Liège, et j'espère qu'un jour il viendra dans un débat, qu'il sortira du bistrot."

  • CITATION

    Je dédie cette citation aux Chevaliers blancs drapés dans leur dignité et leur bon droit; je dédie cette citation aux observateurs du monde qui, du haut de leur balcon, se repaissent des imperfections de ceux qui mettent les mains dans le cambouis; je dédie cette citation à ceux qui se dégagent et qui ont la critique aisée.

    "Vous êtes purs, parce que vous n’avez pas eu l’occasion de ne pas l’être." François Mitterand, Congrès des Jeunesses Socialistes, 1975

    C'est surtout un hommage à ceux qui s'engagent dans la vie politique démocratique avec conscience et honnêté, à ceux qui font l'expérience difficile mais terriblement enrichissante de l'altérité et du compromis.

  • REPONSES aux commentaires sur le call center du PS

    Le PS symbolise aux yeux de certains l’immobilisme, la non évolution, les pratiques douteuses etc. etc. Il est assez évident que les pratiques d’affiliés socialistes laissent beaucoup plus qu’à désirer. Je le réaffirme, je condamne les actes illégaux et la justice doit faire son travail.

     

    Il est aussi très tendance de se déchaîner sur le PS en cette période électorale. Tous les observateurs s’accordent pour dire que le MR a développé depuis quelques longs mois une stratégie unique qui consiste à taper sur le PS. Ce n’est que la semaine dernière que le PS, qui faisait une campagne centrée sur son bilan et ses projets, a sorti les crocs pour répondre aux agressions incessantes des libéraux. Développer une propagande belliqueuse qui ne cesse d’avancer que c’est l’autre qui attaque parce qu’il n’a rien à dire, c’est de la supercherie. Reynders possède un talent de communicateur évident et la répétition incessante de sa litanie sur les supposées attaques du PS à l’endroit du MR peut avoir convaincu certains de la réalité de ce gros fantasme. Reynders a toujours rêvé de durcir la campagne belge pour en faire une sorte d’ersatz de la campagne présidentielle française. Il semblerait même qu’il risque de payer cash cette stratégie et peut-être dès ce 11 juin…

     

    Monsieur Delatte, je ne sais pas sur quoi vous vous basez pour dire que le ministre de la défense aurait des casseroles qui traînent derrière lui. Je sais que vous avez déjà évoqué le sujet, mais vous n’avez toujours pas dit de quoi il retournait. Le mieux est probablement de le contacter directement pour en discuter, non ? Cliquez sur sa photo, là, à gauche, et vous arriverez sur son site qui propose un lien vers son blog. Vous connaissez la suite de la procédure.

     

    Quant au fait de nettoyer, de séparer le bon grain de l’ivraie… de kärchériser le PS en somme, le sensationnel a toujours eu plus d’impact sur l’opinion publique qu’un travail opiniâtre et de longue haleine, qui se déroule dans les coulisses, et qui préserve la présomption d’innocence. Que l’absence de coup d’éclat ou de « traitement rapide et efficace », façon dératisation, ne réponde pas aux attentes de certains citoyens outrés par des pratiques scandaleuses, c’est compréhensible. Mais faire des martyrs n’a jamais été une solution. Cela a même toujours été contre productif.

     

    Je suis sincèrement convaincu que ces deux aspects, laisser la justice faire son travail et rénover radicalement et patiemment de l’intérieur, produiront beaucoup plus de résultats que des actions médiatiques qui permettraient (peut-être) de satisfaire la curiosité et le besoin de justice expéditive d’une part de la population.

     

    Sébastien, je reviens sur ta première intervention. Tu dis que l’initiative du call center est louable mais que c’est mieux d’être proche des gens etc. etc. J’espère que tu as des arguments pour étayer ta position, parce les mandataires que je connais n’arrêtent pas d’agir de la sorte. Au niveau communal, Grégory et Catherine (dont le rôle de présidente de CPAS lui impose toutefois une grande discrétion à propos de son travail) sont largement présents dans la commune à de multiples occasions, et initient des rencontres dans le cadre de leurs fonctions. André Flahaut, en marge de son action au fédéral, est sans cesse présent dans des écoles, des entreprises, en voyage à Auschwitz avec des élèves et j’en passe. Il en va de même pour de nombreux mandataires, socialistes ou non.

     

    Cette attitude ambivalente au sujet des hommes et femmes politiques m’agace, surtout sous la plume de quelqu’un qui sait ce que cela impose comme temps et comme énergie à consacrer à la vie publique. On attend qu’ils soient « comme nous », mais en même temps, ils doivent être capables de tout, connaître tout, « ils veulent être là, donc qu’ils assument ». Facile, non ? Mais la critique est toujours aisée.

     

    Rapprocher les politiques des citoyens, ce n’est pas souffler dans le sens du vent, c’est oser aller à contre courant pour dire que les vrais politiciens sont généralement des bêtes de travail qui sont constamment au four et au moulin. C’est dire qu’il y a 24 heures dans une journée et qu’il est impossible d’être simultanément dans tous les coins de la Belgique et de faire avancer ses dossiers.

     

    Et pourquoi les citoyens ne feraient pas aussi une démarche active vers les politiques ? En s’informant, en consultant les journaux ou Internet, en lisant (hou, le gros mot !), en réfléchissant sur leur propre façon d’agir dans leur quartier ? Il est également possible d’interpeller les mandataires sur leur travail, ils ont quasi tous un site sur la toile ou un blog. Mais j’entends déjà un refrain souvent entonné « ça ne sert à rien, ils ne répondent pas, cela ne changera rien ». C’est sûr que si on ne fait rien, rien ne changera. J’ajouterais que si aucune réponse n’est formulée à un courrier, c’est à cet instant que la critique peut réellement commencer.

     

    Autre remarque souvent entendue : « j’ai demandé plusieurs fois de l’aide, je n’ai rien obtenu ». La belle affaire ! Les politiques sont même supposés posséder des pouvoirs magiques capables de résoudre instantanément les problèmes de tout un chacun. S’ils n’en ont pas, à tout le moins les « relations » qui leur permettront de produire les effets attendus par le demandeur, ils ne peuvent être que des imposteurs, que diable ! Je trouve cela très léger. Un politique a le devoir d’écouter, de prendre la demande en considération, d’essayer de trouver une solution, bref, il a une obligation de moyen, mais le résultat n’est jamais garanti. Dois-je rappeler les efforts consentis pour alléger la fiscalité sur le travail de nuit et à pause pour favoriser l’industrie automobile ? On connaît les résultats à Gand, Anvers et Forest, n’est-ce pas.

     

    En conclusion, je vais citer la célèbre phrase de Kennedy : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays ». C’est exactement le sens de mon engagement politique.

  • 0800/18.118

    Dans cette campagne, bizarrement, certains partis refusent de parler des vrais problèmes et de vos préoccupations. Ce n’est pas le cas du PS. Bien sûr, nous avons des défauts, mais quand on s’engage pour les gens, le PS tient ses engagements.

    Ce samedi 2 et dimanche 3 juin de 8h30 à 20h30, nous répondrons à toutes vos questions de façon personnalisée.

    ligneverte

    La volonté du PS, c’est de créer un lien direct avec chaque citoyen.

    Pour poser vos questions, appelez le numéro gratuit : 0800 18.118

    Chaque citoyen mérite d’être écouté.