• SolidaireS

    solidairepourlemploi

  • Punk-Rock-Gore

    A l'occasion de mon prochain changement professionnel, j'ai reçu de nombreuses attentions de mes futurs ex-collègues. J'ai, par exemple, suffisamment de vin pour pouvoir décemment recevoir des invités pendant un temps plus que raisonnable. Puis il y a l'inattendu.

    Virineïa (prénom d'emprunt) a déposé sur mon bureau le disque d'un groupe qui se nomme Blood Babby-Sitters. Je le glisse dans le lecteur CD de mon ordinateur et badaboum, voilà une déferlante punk-rock qui déboule. J'aime ça, d'autant que je suis à peu près sûr que les musiciens et moi partageons des goûts musicaux communs. Le coup de grâce, c'est que ces zoulous entretiennent cette bonne vieille tradition de la femme à la guitare basse. Je craque. De Malka Spiegel (Minimal Compact) à Kim Deal (Pixies), je suis accro aux bassistes.

    Virineïa vient me demander ce que j'en pense et, dans la foulée, m'apprend que son fils est un des fondateurs du groupe. Wouaw! Je suis heureux de faire la connaissance de "jeunes" qui écoutent et pratiquent autre chose que le rap ou le R'n'B, ces deux machins urticants. Bon, trèves de papotes découvrez-les en un click ci-dessous

    bbs

  • Pas fétichiste, mais quand même!

    Je ne suis pas spécialement attaché à ma voiture, je n'en fais pas un symbole de quoi que ce soit qu'un psy pourrait décortiquer, mais c'est énervant quand même.

    Retrouver un rétroviseur arraché et les portières défoncées, ça ne me fait pas rire. J'ai juste envie de dire aux petites frappes qui se sont livrées à leur loisir favori que je les trouve vraiment médiocres. Vous n'avez pas été capables d'ouvrir la voiture, même en la triturant abondamment. Aucune finesse dans le travail, tout a été salopé pour un résultat nul. Bande de tocards.

    Si c'était pour se prouver un soupçon de virilité, il y a d'autres trucs, par exemple acheter des implants pileux à se flanquer sur la poitrine ou vider des bières et roter en se tapant la panse. Et encore...

  • Egalité homme-femme... Par le bas

    Souvent, ce sont les femmes qui sont en position inégalitaire par rapport aux hommes. égalitéCette fois, ce sont les hommes qui jouissent du triste privilège de voir leurs revenus baisser lorsque de rares candidats prennent une pause carrière, la valorisation sociale en moins. Ils se verraient même affligés d'un lourd stigmate.

    Luc Sels, professeur à la KUL, dans Références, le supplément emploi du Soir de ce samedi 25 novembre 2006 : "Un choix identique peut être perçu par les employeurs de manière positive quand il est effectué par une femme et de manière négative si c'est un homme qui le fait. Sans doute parce qu'une femme qui prend une pause pour s'occuper de ses enfants est socialement valorisée alors que le même geste posé par un homme est davantage perçu comme un acte de repli, voire de "rejet" envers le monde du travail."

    Plus loin, un ingénieur témoigne : "On m'a regardé de travers quand j'ai expliqué que je souhaitais m'occuper de mes enfants. Mon choix paraissait d'autant plus incompréhensible que ma carrière m'offrait de belles perspectives. De toute évidence, je n'étais plus un "homme" mais j'étais devenu une sorte d'être mou et dénué d'ambition. Je suis d'ailleurs intimement convaincu que ce break est perçu comme une tache, un trou sur mon CV. Quitte à s'arrêter, mieux vaut apparemment le faire pour effectuer un tour du monde à cheval que pour s'occuper de ses enfants..."

    Il faut bien reconnaître qu'au sujet de l'interruption de carrière, en terme de valorisation, les hommes subissent une inégalité énorme qui pousse souvent ceux qui ont un instinct de paternité prononcé à renoncer à leur projet face à la pression sociale. Allez les femmes, profitez de ce rare avantage que vous avez sur les hommes.

  • DETENTION ABUSIVE AU CONGO

    Message reçu ce jour:

    "je te transmets ça, on est activement à la recherche de gens pouvant faire bouger les choses, styles journalistes, politiques, amnesty international... Dali, la copine de kristen, suite aux mails envoyés a eu une interview sur tf1 hier, on espèrerait faire pareil ici en belgique si jamais vous aviez des idées... merci"

    Voir le commentaire pour plus de détail.

  • Salutations distinguées

    Au revoir à Robert Altman

    altman

    ... et à Philippe Noiret

    noiret

    Bonjour à "Parenthèses...", le nouveau disque de Françoise Hardy

    parenthèses hardy

    ... et à Philippe Peters, comédien et surtout ami, qui se produit actuellement dans "Sois belge et tais-toi"

    peters

  • Espionnage industriel

    La firme allemande VW vient de dérober à la française Citroën le secret de fabrication d'un de ses nouveaux modèles: le C4. Il est actuellement en fabrication à grande échelle à l'usine de Forest.

  • Un p'tit trip à Katmandou?

    Il y a longtemps, c'était un symbole. Il y a très longtemps.

    VW

  • Comme une envie de Grand Soir

    Je suis furieux, révolté, la rage au ventre. C'est comme à Clabecq. Des travailleurs responsables acceptent de bosser plus, à des cadences plus élevées, pour garder leur entreprise debout. Pour quel résultat? Pareil, "allez voir du côté du chômage, nous n'avons plus besoin de vous."

    Après le naufrage de Ford à Genk, les accords inter-professionnels de 2005-2006 avaient accouché de nombreuses réductions patronales sur le travail à pauses, notamment dans le secteur de l'automobile, pour préserver ce secteur d'activité. Ce faisant, l'Etat se privait de ressources importantes pour financer d'autres politiques.

    Pendant ce temps, les grands groupes internationaux bonifiaient jusqu'à ce qu'il devienne "indispensable de procéder à une importante restructuration, essentielle pour la compétitivité du secteur." Bien entendu, "les malheureuses et inévitables conséquences sociales" sont à prendre en charge par le secteur public. Vous savez, ce brol qui pompe honteusement le bon argent qui sert à entretenir dans un état de dépendance ces innombrables allocataires sociaux qui s'approprient indûment les reliquats de l'Etat providence (j'emploie encore ces termes, je suis nostalgique que voulez-vous...) Evidemment, lorsqu'il s'agit de gros employeurs, il n'est jamais question de profitariat, mais de "mesures nécessaires pour soutenir l'emploi", jusqu'à ce que...

    J'entendais aux infos de 22h30 que l'Union européenne réfléchissait à des pistes pour aider la Belgique à limiter la casse, notamment par l’entremise de la Banque européenne d’investissement. J'enrage. Quand ce ne sont pas les Etats, c'est encore un pouvoir public supranational qui essuie les plâtres pendant que VW encaisse.

    3500 à 4000 emplois directs supprimés, jusqu'à 13000 emplois touchés. Combien de familles ne dormiront pas cette nuit? Comme une envie de Grand Soir.

  • A propos de nus...

    Vous souvenez-vous que des patapoufs béotiens s'étaient autorisés à lancer des cocktails molotov contre la façade du Musée de la photographie de Charleroi arborant un cliché de l'artiste japonais Araki? Eh bien voilà la suite. Après qu'une affiche montrant une très belle geisha m'a rappelé à son bon souvenir, je suis allé faire une visite sur le site de l'artiste. Superbe!... Click...

    araki

  • Institutrice mise à nu

    Dernièrement, à Marbaix-la-Tour, une institutrice qui s'est adonnée à un loisir personnel torride, des photos pornographiques, a démissionné de ses fonctions. J'admets facilement qu'il aurait été difficile de continuer à exercer sereinement sa profession, son pot aux roses ayant été découvert.

    Ce que je trouve particulièrement amusant, c'est la curiosité des parents qui, pour se faire une idée exacte de la "gravité des faits", ont épuisé le stock de revues se trouvant à la librairie du village. Il est certain que sachant mieux les positions prises par l'institutrice, on peut ajouter plus de nuances et varier l'intensité de son émoi.

    A propos, qui a acheté cette revue en premier? C'est juste pour être sûr que son intention initiale était bien de préserver la qualité de l'enseignement.

  • Torture

    Une affiche comme celle-ci, c'est rare et c'est fort. Cela commence comme Alien, on cherche le nom de Sigourney Weaver et ce sont des stylos à bille qui se révèlent. Du grand art pour une grande cause: "Devenez le cauchemar des bourreaux", par Amnesty International,... et vous.

    cauchemar des bourreaux

  • R I P : à Oscar, à Raymond.

    Ce lundi 13 novembre, Oscar, un voisin est parti rejoindre les étoiles. Son départ me fait penser à Raymond qui l'a précédé dans la voie lactée. Raymond et Oscar, Oscar et Raymond. Ces deux-là, c'étaient des kets, des piliers du quartier.

    Arriver dans "leur" village, c'est une aventure, que dis-je, un défi! Quand ils vous voient débarquer, ils vous lancent un regard peu amène, façon "C'est qui ceux-là, qu'est-ce qui nous attend encore avec eux?" La vie ne leur a pas fait de cadeaux, ils se sont endurcis et ça, vous le comprenez vite.

    Après deux mois de travaux acharnés dans votre maison, ils vous regardent un peu différemment: "Tiens, on dirait que les nouveaux savent tenir un marteau et se servir d'un tourne-vis."

    Puis, vous entendez ces deux énergumènes pester sur le genre humain, la crasse et le manque de respect tandis qu'ils ramassent les restes des déchets du quartier suite aux grandes poubelles, alors que vous, benoîtement, vous partez bosser.

    Cet évènement est resté toute la journée comme un caillou dans ma chaussure. Ces deux ronchons m'auraient-ils donné une bonne leçon de civisme?

    Trois mois plus tard, après les nouvelles grandes poubelles, ma femme et moi avons aussi pris notre pelle et notre balai pour que notre coin soit à nouveau propre. Les ronchons nous ont décerné un bon point en opinant du bonnet et en grommelant, probablement un truc du genre: "ils mettent la main à la pâte, ils ont peut-être quelque chose de valable finalement."

    Ensuite j'ai eu un accident de voiture. Je téléphone à ma femme dont, justement, la voiture est à l'entretien. Elle va sonner chez Raymond pour lui demander s'il peut la conduire chez notre garagiste, réponse "Bien sûr m'fifille, je passe un manteau et c'est parti." Voilà, nous étions adoptés par Raymond, la tour de guet du quartier. Lui et Judith, sa chère et tendre, sont les meilleurs amis d'Oscar. La boucle est bouclée.

    Grâce à ces deux zouaves, nous nous sentons un peu plus du "Village", comme s'appelle notre coin, le plus vieux quartier de Genval.

  • Jusqu'où cela s'arrêtera-t-il?

    Le Soir, mardi 14 novembre 2006, déclarations en "off the record" au sortir du bureau du PS de la veille :

    "Un vrai délire! On a parlé de mille choses essentielles, mais pas de l'enfer que nous vivons tous les jours! Faire un bureau, c'est bien joli, mais est-ce encore une instance politique ou une abstraction? Là, on nageait carrément dans le troisième ou le quatrième degré, alors qu'on a besoin de savoir où l'on va, c'est vital."

    "Elio, que pouvait-il faire? Laisser les uns sortir leurs mouchoirs, les autres se réjouir des malheurs de Van Cau? Ouvrir le débat et courir le risque d'une déclaration intempestive, d'une polémique ravageuse? A ce stade, il n'y a pas à discuter; la justice opère, personne ne peut dire maintenant ce qu'il y a d'illégal. Le seul signal politique utile était d'accepter une commission d'enquête  parlementaire. Le message étant: allez-y cherchez... Pour le reste, à cette heure, on est impuissants."

    Rudy Demotte de conclure: "Que cela cesse!"

    Tu l'as dit, bouffi.

  • Service public en danger

    Le service universel de La Poste est en danger. Cela a un sens pour vous? Alors cliquez et signez, merci.

    sos

  • Made in dignity

    Jacques Mayer m'a envoyé ce message, une initiative à soutenir... par votre présence par exemple.

    oxfam

    L'équipe d'Oxfam-Magasins du monde vous invite à prendre un  petit déjeuner sympa et original :

     

    ·        Les samedi 18 et dimanche 19 novembre 2006 de 8h00 à 12h : Les  Charmettes, Rue du Tilleul, 50 à 1332 Genval

    ·        le dimanche 19 novembre 2006 de 8h00 à 12h : Maison Rosiéroise, Rue Bois du Bosquet, 17 à 1331 Rosières

     

    PAF : adultes : 3,5 € , enfants : 2,5 €

     

    Le Magasin du monde-Oxfam de Rixensart

    Artisanat - Natyr - Alimentation -  Information 
    Rue A. Collin, 1
    02 633 58 66

  • Coquelicot

    Une jolie fleur, un souvenir, un symbole (un clic sur l'image et...)

    coquelicot

  • Corporations & syndicats

    Les négociations interprofessionnelles pour la période de 2007 à 2008 vont débuter. En inconditionnel de la social-démocratie, j'en profite pour rappeler un aspect que je trouve trop souvent ignoré de notre système social.

    Lorsque les patrons et les syndicats auront accouché d'un accord, celui-ci concernera TOUS les travailleurs du secteur privé, même ceux qui ne sont pas syndiqués. Prenons quelques éléments au hasard: le maintien de l'index, les 10 jours du congé pour les jeunes papas, la norme de progression salariale, croyez-vous que cela existerait sans les syndicats?

    Je trouve important de le souligner, tant il est fréquent de râler sur ces syndicats ch... qui font grève, qui empêchent ceux qui ont envie de travailler de le faire, qui nous prennent en otages etc. etc.*

    Si l'on était aux Etats-Unis, seuls les travailleurs affiliés à un "syndicat" particulier, les camionneurs par exemple, bénéficieraient des avancées sociales obtenues à l'issue des négociations.

    C'est toute la différence entre un syndicalisme de masse (ouh le gros mot!) qui profite à tous et les corporations.

    Cela mérite réflexion, non?

    *je trouve juste très dommage que des travailleurs indépendants dont les revenus dépendent d'une activité constante en fassent parfois les frais. La discussion sur les moyens qu'utilisent les syndicats pour imposer un rapport de force est extrêmement complexe.

  • BEAUSEIGNE

    "Les enfants du village l'avaient senti pourtant;

    Les enfants pas très sages, n'en demandaient pas tant;

    Ils ont vu que la vie, n'était plus un cadeau;

    Et que le Père-Noël était un vrai salaud;

     

    Libérez les enfants, beauseigne;

    Certains n'ont pas dix ans, beauseigne;

     

    Qu'ils viennent d'Oradour ou bien de Ramalah;

    De la Guerre du Kippour ou de Santa Barbara

    Les enfants se ressemblent, mais ne se remplacent pas;

    Quand ils meurent en décembre, l'histoire se finit là;

     

    Libérez les enfants, beauseigne;

    Certains n'ont pas dix ans, beauseigne;

    Regardez les enfants, beauseigne;

    Certains n'ont pas dix ans, beauseigne."

     

    Mickey 3d, Beauseigne, sur l'album Tu vas pas mourir de rire..., 2002

  • Come & see...

    Une campagne du Parti Socialiste Européen, dans un esprit résolument laïc, anti-raciste, pour la mixité et l'égalité des sexes. Intéressé(e)? Cliquez ci-dessous.

    pes

    Diversité OUI - Intolérance NON

  • Au revoir

    twingo

    Au revoir toi qui m'a accompagné durant cette 1ère campagne. Tu m'as souvent tiré de mauvaises situations. Souviens-toi de ces panneaux pervers que tu m'as permis de conquérir. Je suis sûr que ton nouveau propriétaire prendra bien soin de toi.

  • Sfia Bouarfa, une femme loyale

    Lu sur le blog de Madame Bouarfa

    "Mes déclarations...

    Mes déclarations à la presse, cette semaine du 12 et 16 octobre 2006, ne doivent pas être considérées comme des règlements de compte avec mon parti le PS, ni avec quiconque de mes camarades et certainement pas avec un homme comme Philippe Moureaux qui dans beaucoup de moments difficiles a répondu présent pour moi.

    Je suis et je reste socialiste.

    J'ai peut-être une réputation de franc-parler, mais on oublie souvent que je suis très "discipline de parti". Je n'ai jamais mis en difficulté aucun des 4 groupes PS dans les assemblées où je siège (Cocof-Crb-Pcf et Sénat) ni les ministres socialistes... La solidarité et la fraternité avec mes camarades ne sont pas de vains mots. Je les ai souvent non seulement exprimées mais aussi pratiquées. Mes coups de gueule ont été souvent faits en interne, au bureau du parti, dans les réunions de groupe, aux congrès...

    Mais il m'a été difficle de ne pas assumer mes responsabilités face aux questions des journalistes qui doivent faire leur métier, et de m'exprimer sur une situation que plus personne n'ignorait. Beaucoup de citoyens qui connaissaient mes combats me reprochaient, en revanche, mon silence.

    Le bureau du parti a décidé de m'envoyer en Commission de vigilance!

    J'aurai l'occasion de m'expliquer. Et comme a dit Molière : "la parole a été donnée à l'homme pour expliquer ses pensées..."

    Alors expliquons...Et tentons ensemble de trouver le meilleur moyen d'assurer la diversité (qui nous est chère) dans la continuité de l'héritage socialiste ancestral défendu bien souvent dans de durs combats.

    Je remercie les nombreux messages de soutien de camarades ainsi que de citoyens anonymes."

  • Le bel avenir de mes enfants

    Chère Béta Hoyd Banque*,

     

    Je prends ma plus belle plume pour vous remercier de m’avoir envoyé ce merveilleux courrier  qui  m’incite à préparer un bel avenir pour mes enfants.

     

    C’est chouette, vous vous adressez au papa à qui vous reconnaissez la faculté de se préoccuper de sa progéniture, essentiellement financièrement bien entendu. J’aime votre conception des rôles dans la famille. C’est à l’homme de ramener de quoi faire bouillir la marmite et à la femme de touiller dedans. Pourriez-vous toutefois écrire à la mienne, de femme, pour lui dire de rentrer plus tôt du travail ? Effectivement, entre cette bonne vieille façon de voir les choses et la réalité d’aujourd’hui, le fossé est profond.

     

    Revenons à nos moutons. Le petit livre cartonné glissé dans l’enveloppe a retenu toute mon attention. Assurément, un des mes soucis permanents est de voir mes enfants manger du caviar dans une limousine après qu’ils se sont rendus au golf en jet privé. Et je m’extasie de les imaginer s’ébattre dans un bon jacuzzi  installé dans une villa de rêve, et je trouve  également exquis de les envisager occupés à boire du champagne à bord de leur yacht.

     

    Néanmoins, pourriez-vous, étant donné que vous me dites que l’avenir de mes loupiots se prépare aujourd’hui, me renseigner sur la meilleur formule pour faire germer en eux le respect de soi et de l’autre, la curiosité, l’envie de toujours apprendre et l’amour des belles choses ?

     

    Allez savoir pourquoi, une chanson me trotte dans la tête, les paroles disent ceci : « Foule sentimentale ; On a soif d'idéal ; Attirée par les étoiles, les voiles ; Que des choses pas commerciales ; Foule sentimentale ; Il faut voir comme on nous parle ; Comme on nous parle .»*² Un moment d’égarement sans doute, veuillez m’en excuser.

     

    En vous remerciant de m’aider dans ma mission parentale et de me conforter dans mon identité d’homme, recevez, chère Béta Hoyd Banque, l’assurance de ma plus riche considération.

     

    François Lemaire

     

    * L’événement qui a motivé la rédaction de cette missive imaginaire est complètement réel. Toutefois, pour préserver l’anonymat de l’acteur qui a tout déclenché, je lui ai choisi un pseudonyme.

    *² Foule sentimentale, Alain Souchon, 1993

  • Sfia Bouarfa, socialiste critique

    Sfia Bouarfa a été entendue par la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du PS suite à ses déclarations sur la présence de personnes qui ne porteraient manifestement pas les valeurs progressistes telles que l'égalité entre les hommes et les femmes, la laïcité et la lutte contre le racisme.

    sfia bouarfa

    Comme le dit Marc Moulin dans ses "humoeurs" parues dans le Télémoustique du 31/10/2006, "En tant qu'élue issue de l'immigration, Sfia Bouarfa a pas mal de légitimité à traiter ce genre de sujets très délicats."

    Dans le "Texto" qui suit, cette dame franche et au goût prononcé pour le débat (vous avez remarqué que j'aime ça) déclare :"Profitons de cet épisode pour nous poser les vraies questions sur la participation des élus d'origine étrangère; la diversité oui, mais à quel prix? Notre rapport à la citoyenneté et à la laïcité, etc. Mettons tous les partis autour de la table."

  • Liberté, égalité, laïcité, mixité

    Irrépressible! Lorsqu'il s'agit de monter au créneau pour promouvoir l'égalité des sexes, la laïcité et la mixité, je réagis au quart de tour.

    catherine françois

    Catherine François, que je vous invite à découvrir en cliquant sur sa photo, s'est fendue d'une carte blanche dans Le Soir de ce vendredi 3 novembre. Son titre? "Foulard et chiffon : quand les femmes s'en mêlent..."

    Ce que j'apprécie particulièrement dans ses propos, on est ce qu'on est, c'est la prise en compte de l'homme. Lorsqu'il est question de réserver l'accès à la piscine communale de Saint-Gilles aux femmes certains jours de la semaine, elle souligne que "L'objectif avoué (est) ainsi d'éviter la promiscuité avec les hommes dans un lieu public. Leurs pulsions sexuelles pourraient être tellement irrépressibles et animales qu'elles anéantiraient, chez les vertueuses, le goût des plaisirs de l'eau chlorée."

    Je savoure l'ironie et je dénonce avec elle ce vieux discours sexiste qui cantonne la femme dans les rôles de la Mère et de la Salope, version psy du couple plus judéo-chrétien de la Sainte et de la Putain, mais qualifie également l'homme de bête en rut, de tas d'hormones en perpétuelle ébullition, de créature libidineuse toujours en chasse.

    Catherine François ramène ensuite le débat sur le plan de l'organisation de la vie en société : "Si l'autorité publique ne doit pas tout réglementer, il importe qu'elle garantisse quand même certains principes de nos sociétés démocratiques: l'égalité des sexes et la mixité sexuelle dans les lieux et les espaces publics [...] Les symboles religieux appartiennent aux croyants, et à eux seuls. La liberté des cultes et la séparation de la religion et de l'Etat constitue certainement le fondement de la coexistence pacifique entre croyants et non croyants dans notre pays."

    La position est franche et je suis quasi debout sur mon bureau lorsqu'elle lance : "Je ne veux pas être complice d'une société qui abandonne le combat de l'émancipation des femmes au profit de l'intolérable tolérance et du politiquement correct."

  • C'est bon pour une fois, mais attention, hein!

    Merci, merci, merci. Vraiment, je ne sais pas comment remercier la liste LB-MR. Vous savez que nous aurions pu retourner voter? Magnanimes, Madame Herzet et ses troupes daignent ne pas aller au Conseil d'Etat pour invalider les élections du 8 octobre.

    "La décision du Collège provincial est fondée. Il est vrai que nous ne pouvions pas demander la privation de mandats personnels. Nous aurions dû demander l'annulation totale des élections. Nous l'aurions probablement obtenue. Mais nous ne voulions pas prendre les Rixensartois en otage. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous ne ferons pas appel au Conseil d'Etat. Il est maintenant temps que les tensions s'apaisent. Nous allons maintenant consacrer notre énergie à une opposition constructive." (Alain Decastiau dans Vers l'Avenir du 02/11/2006)

    Donc, si je comprends bien, les LB-MR auraient dû faire quelque chose qu'ils n'ont pas fait. S'ils l'avaient fait, ils auraient obtenu un résultat que, grands seigneurs, ils disent vouloir éviter à la population. Ils ont quand même posé une réclamation qui constitue  le paroxysme des tensions au sein du MR local et, par voie de conséquence, qui a créé un trouble au niveau communal. Enfin, ils se posent en initiateurs et en garants constructifs d'une sérénité nécessaire pour le futur de Rixensart.

    Wouaw! Les produits 2 en 1 doivent bien se tenir, voilà un concurrent sérieux qui propose au minimum du 5 en 1.

  • Droit des femmes en Pologne

    pologne

    Hier soir, j'ai reçu un message qui mérite une attention particulière. Cela concerne le droit à l'avortement en Pologne où les oeillères morales restent souvent très étroites. Il s'agit de signer une pétition initiée par Dominique Waroquiez d'Ottignies :

    Objet: UUURGENT : L'avortement est un droit !
    L'avortement est un droit pour toutes les femmes ...
    En Pologne la menace
    es
    t grande que l'interdiction de l'avortement soit bétonnée dans la constitution suite aux pressions de la Ligue des Familles de Pologne alors que ce problème concerne beaucoup de femmes. Il y aura donc une manifestation de protestation le 4 novembre à Varsovie. Les femmes de Pologne ont besoin de notre soutien.

    Une pétition a été initiée par un ami. Elle permet de signer rapidement un message qui leur sera envoyé de Belgique .Merci de bien vouloir lire, signer et faire circuler au maximum (surtout avant le 4 novembre !) l'appel à soutien . L'information est accessible ainsi que le message de soutien sur
    http://www.PetitionOnline.com/fempolog/petition.html